Qu’est ce qui définit un jeu indépendant ?

Au-delà d’être très souvent développé grâce à une équipe de passionnés animés par la seule volonté de proposer un jeu original, sans précédent et qui captive pendant un moment court ou long toute une frange de gamers recherchant la perle rare, cette dernière cherchant à atteindre du doigt toute l’étendue de ce que la créativité peut produire de meilleur, ils sont souvent fidèles à une volonté créatrice et fréquemment non conformes à des objectifs de rentabilité. Ici on ne parle pas de retour sur investissement, mais d’accueil émotionnel.

Pas de désamour du triple A mais un amour du jeu artisanal ( désamour du triple A mérité il faut le dire). Pas de quantitatif, mais de qualitatif. Que l’on parle de jeux comme FEZ, Firewatch, The unfinished Swan ou encore Undertale, ces productions ne sont pas destinées à remplir des objectifs financiers mais plutôt à satisfaire une soif éternelle d’émerveillement et de transcendance qui animent tous les fans de jeux vidéos, de 7 à 77 ans, hommes ou femmes, du PC à la console portable, …